Sur les ailes d'un livre

Partagez
Aller en bas
avatar
Lulu Bouquine
Lecteur acharné
Lecteur acharné
Messages : 956
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 22

LA ROUTE de Cormac McCarthy

le Jeu 26 Avr 2018 - 18:23



Résumé

L'apocalypse a eu lieu. Le monde est dévasté, couvert de cendres et de cadavres. Parmi les survivants, un père et son fils errent sur une route, poussant un caddie rempli d'objets hétéroclites. Dans la pluie, la neige et le froid, ils avancent vers les côtes du Sud, la peur au ventre : des hordes de sauvages cannibales terrorisent ce qui reste de l'humanité. Survivront-ils à leur voyage ?

Né en 1933 dans l'État de Rhode Island, Cormac McCarthy, auteur de nombreux romans plusieurs fois primés, est l'un des écrivains américains les plus importants de sa génération, il est notamment l'auteur de No country for old men, adapté au cinéma par les frères Coen.



256 pages
Editeur : Points
20 mai 2009

_________________
avatar
Lulu Bouquine
Lecteur acharné
Lecteur acharné
Messages : 956
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 22

Re: LA ROUTE de Cormac McCarthy

le Jeu 26 Avr 2018 - 18:41
Bonjour à tous,
La route est un classique, j'avais beaucoup aimé le film avec Viggo Mortensen. J'avoue que je ne me souvenais pas que c'était aussi violent, dur... c'est une lecture qui secoue. Mais ce bouquin est une pépite.

Ma note : 5 / 5
Mon ressenti :


L’homme, le petit, la cendre et la route … Dans un monde post-apocalyptique un homme et son fils, poussant un précieux caddie, prennent la route vers le sud pour fuir le froid. Le monde qui les entoure est désolation, mort. La faune et la flore sont dévastées, anéanties. La cendre recouvre tout. Un froid polaire règne, pluie et neige mêlées au gris des cendres s’abattent sans répit sur les survivants. Il reste peu de vie, partout des forêts brûlées, des villes calcinées, des brins d’herbe qui s’effritent au contact d’une main. Les animaux ont disparu. Ce futur post-apocalyptique est effrayant, vide de sens, de couleur, de bonté, d’humanité.

La plume de McCarthy est contradiction, à la fois riche et économe. Riche de son vocabulaire , de son champ lexical, de la violence explicitement décrite. Économe de mots mais surtout d'émotion, de sentiments, de dénomination (absente pour les hommes et les lieux). Tout comme l’avenir réservé aux protagonistes tout est glacé. Les hommes, s’ils le sont encore d’ailleurs, sont peu nombreux. Sales, puants, affamés, en guenilles, sauvages, au mieux voleurs au pire cannibales. L’apocalypse les a renvoyés vers leurs instincts les plus primaires.  McCarthy ne donne aucune explication quant au cataclysme. Désastre écologique ? Guerre nucléaire? Menace venue du ciel ? Chacun y verra une projection de ses peurs les plus primales.

Tout comme son père, on suit le petit, l’éclaireur de cette transhumance, celui qui marche devant. On avance avec lui, couvert de cendre, transi de froid. Bien vite, le lecteur comprend qu’espérer n’est pas très réaliste mais pourtant tourne chaque page en rêvant d’un miracle, d’avoir mal saisi le contexte : faut-il vraiment tomber dans la désespérance ? 256 pages à quémander une embellie à l’auteur : « Allez juste une fois, s’il te plaît, entre deux phrases teintées de désespoir et de gris un petit quelque chose de positif ». J’ai fermé le livre avec une folle envie de toucher un brin d’herbe verte, de laisser un soleil d’été réchauffer ma peau, de croquer un fruit, de profiter d’un sourire, d’une main tendue… Mais aussi avec un vif besoin de prôner la bonté, l'entraide, le respect de notre planète.

La route est un classique à découvrir, ou à relire, pour ne pas oublier que nous sommes peu de chose sur cette terre. Un roman inoubliable, où la bête affamée de nos cauchemars d’enfant est lâchée à notre poursuite. Personnellement j’ai vraiment aimé, « La route » est un roman d’une puissance rare, mais ça secoue. Âmes sensibles s’abstenir.



Photo tirée du film

_________________
avatar
Lulu Bouquine
Lecteur acharné
Lecteur acharné
Messages : 956
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 22

Re: LA ROUTE de Cormac McCarthy

le Jeu 26 Avr 2018 - 19:12
En bonus, deux extraits :

" Ils traversèrent la ville à midi le lendemain. Il gardait le revolver à portée de main sur la bâche pliée en haut du caddie. Il gardait le petit à son côté, tout près de lui. La ville était en grande partie incendiée. Aucun signe de vie. Des voitures sous un agglomérat de cendre dans la rue, toute chose recouverte de cendre et de poussière. Des empreintes fossiles dans la boue séchée. Dans une entrée un cadavre desséché qui n’était plus que du cuir. Grimaçant comme pour insulter le jour. L’homme tira l’enfant contre lui. Rappelle-toi que les choses que tu te mets dans la tête y sont pour toujours, dit-il. Il faudra peut-être que t’y penses.
Il y a des choses qu’on oublie, non?
Oui. On oublie ce qu’on a besoin de se rappeler et on se souvient de ce qu’il faut oublier. "

P17

     

" En ce temps-là déjà tous les magasins d’alimentation avaient fermé et le meurtre régnait partout sur le pays. Le monde allait être bientôt peuplé de gens qui mangeraient vos enfants sous vos yeux et les villes elles-mêmes seraient entre les mains de hordes de pillards au visage noirci qui se terraient parmi les ruines et sortaient en rampant des décombres, les dents et les yeux blancs, emportant dans des filets en nylon des boîtes de conserve carbonisées et anonymes, tels des acheteurs revenant de leurs courses dans les économats de l’enfer. Le talc noir et mou volait à travers les rues comme l’encre d’un poulpe déroulant ses spirales sur un fond marin et le froid s’insinuait sous la peau et l’obscurité tombait de bonne heure et les pillards courant les canyons abrupts leurs torches à la main trouaient les congères de cendre de soyeuses crevasses qui se refermaient sur leurs pas aussi silencieusement que des yeux. "
P162

     



_________________
avatar
Lana
Lecteur en chef
Lecteur en chef
Messages : 6239
Date d'inscription : 09/10/2015
Age : 34
Localisation : Au coeur de la Champagne

Re: LA ROUTE de Cormac McCarthy

le Ven 27 Avr 2018 - 7:44
Je ne connaissais pas du tout Lulu, le film non plus mais ça ne dois pas t'étonner Wink

Ton avis me donne envie de découvrir mais je crains être trop sensible

_________________
avatar
Lulu Bouquine
Lecteur acharné
Lecteur acharné
Messages : 956
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 22

Re: LA ROUTE de Cormac McCarthy

le Ven 27 Avr 2018 - 7:54
C'est vraiment une histoire magnifique Lana. La relation entre le père et l'enfant est touchante. Le petit est sa "lumière". Celui qui le fait avancer... L'auteur est avare de mots concernant les sentiments, l amour qu'ils ont l'un pour l'autre, mais tu ne peux l' ignorer.
L'homme est devenu animal, poussé dans ses retranchements par la faim : le petit cherche des " gentils ", mais ils croisent surtout des cannibales. Entre ça et les cadavres calcinés qui jonchent la route... euh je maintiens âmes sensibles s'abstenir. Je ne pense pas qu il soit pour toi. ???

_________________
Contenu sponsorisé

Re: LA ROUTE de Cormac McCarthy

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum