Sur les ailes d'un livre

Partagez
Aller en bas
avatar
Alexiane Th.
Chroniqueuse
Chroniqueuse
Messages : 380
Date d'inscription : 17/06/2017
Age : 25
http://marmiteauxplumes.com

LUI, C'EST MOI (tome 1) d'Alessia Jourdain - SAGA

le Sam 30 Sep 2017 - 18:58



Résumé

Amitié : nom féminin.
Définit ce qui lie deux personnes.
Sentiment fort et puissant pouvant s’approcher de l’amour.
Possible entre deux personnes de même sexe ou de sexe opposé.
La limite n’est parfois pas évidente à déterminer et est fine.
Passer de l’autre côté peut être facile.
Est censée résister à tout, épreuves comme le temps.

Pour Benjamin et Camille, l’amitié est un lien extrême. Sauf que leur amitié ne saura pas résister à l’éloignement.
Mais finalement, Ben est de retour, avec la ferme intention de retrouver sa meilleure amie. Va-t-il réussir à la ramener à lui ?


Something Else Editions
Collection Something New
1er Octobre 2017

---------------------------------------------------
avatar
Alexiane Th.
Chroniqueuse
Chroniqueuse
Messages : 380
Date d'inscription : 17/06/2017
Age : 25
http://marmiteauxplumes.com

Re: LUI, C'EST MOI (tome 1) d'Alessia Jourdain - SAGA

le Sam 30 Sep 2017 - 18:59


Je remercie les Editions Something Else pour ce service-presse.

Alessia Jourdain, après C’était écrit, nous propose une nouvelle romance contemporaine Back to you, le premier tome d’une saga : Lui, c’est moi.

Camille n’a pas eu une enfance facile, notamment marquée par le décès de ses parents suite à un accident de voiture. Si elle trouve un premier réconfort auprès de celle qui l’accueille, Mamie Lucette, elle trouve son salut en Benjamin, celui qui deviendra son meilleur ami, sa moitié. Lorsqu’il part pour les Etats-Unis, à vingt-quatre ans, son monde s’écroule : les six mois deviennent un an, puis deux, puis trois … Cinq ans plus tard, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts, mais la rancœur, elle, reste tenace. Beaucoup de non-dits, de déceptions, d’instants manqués. Quand Ben revient dans sa vie, Camille ne se sent pas prête à le laisser reprendre sa place auprès d’elle. Mais le basketteur est bien décidé à reconquérir son amitié … Quitte à défier le passé.




Alessia Jourdain présente un schéma classique de la romance contemporaine : une héroïne ayant perdue ses parents, un héros salutaire, un cercle bienveillant … Et tout bascule. Pour que les morceaux se reconsolident, il faut du temps et c’est là-dessus que va se baser l’intrigue, ainsi que sur les introspections multiples des héros.

Il y avait une très belle matière à traiter, un pitch populaire à modeler pour le rendre original – notamment avec un autre livre, romance contemporaine, sortie il y a peu, il faut se démarquer.

On peut néanmoins regretter que cet aspect du roman ne soit pas approfondi au mieux : l’amitié ambiguë entre Camille et Benjamin. Il y a une telle insistance de l’autrice à nous convaincre qu’il n’y a RIEN qu’on finit par le croire et estimer que cette attirance tombe comme un cheveu sur la soupe. Une telle insistance aussi sur le fait que les conjoints de Cam et Benny sont « parfaits », qu’ils les aiment « vraiment » que l’on ne peut que désapprouver « l’amour » entre les deux héros.




Cette insistance (3ème répétition) est exacerbée par l’abus excessif des narrateurs s’adressant aux lecteurs. Beaucoup, beaucoup trop d’interactions brisant le quatrième mur. Nous sortons complètement du récit ; l’immersion ne fonctionne pas, malgré les quelques efforts d’humour tentés de ci de là. Malheureusement, l’on pourrait même croire que c’est une option de facilité pour ne pas s’attarder sur toute la complexité de la relation entre ces deux meilleurs amis. Où se trouve la frontière floue entre eux ? L’ambiguïté ? Qu’est-ce qui fait pencher la balance ? Quelles vibrations ? Quelles sensations ? Les doigts qui picotent ? « Elle a un joli petit cul dans son jean, mais non ! Ce n’est pas ce que vous croyez ! » Il en faut plus. De la profondeur, de la narration objective, de la gestuelle … Sans pointer du doigt le lecteur en le tenant par le cou. C’est à double-tranchant : mieux dosé, ce parti pris aurait probablement eu l’effet escompté.

Un second abus : l’utilisation excessive de la ponctuation. Des points d’exclamation que l’on pourrait croire à chaque ligne tant il y en a et nous détrompe sur l’ambiance de la scène et du ton. Il ait de ceux estimant qu’il n’y a pas besoin d’abuser de la ponctuation pour instiller aux lecteurs l’intonation des protagonistes. Là encore, ça plait ou ne plait pas.



Vient ensuite le bémol de l’étalage de recettes, cuisines ou de passages qui – pour certains – peuvent être redondants et dénués d’intérêt pour l’intrigue : comme une liste de courses qui n’en finit plus, un souvenir (souvent à base culinaire) qui n’apporte rien à l’histoire … Certes, l’héroïne est très douée, mais elle n’en fait pas son métier. A voir si, dans le second tome comme soigneusement glissé, cette facette sera plus développée et prendra tout son sens.




Quoiqu’il en soit, Alessia Jourdain a tout de même réussi à mettre en scène des personnages attachants, sans foncièrement en désigner un comme plus mauvais que les autres. Il n’y a pas vraiment de « garce » insupportable tout le long de l’histoire ou de rival collant – même s’il peut inquiéter.

C’est une petite histoire avec de l’émotion, de l’amour, de l’humour qui se lit vite, sans prise de tête.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum